Est-ce que l’intérim compte pour le chômage ?

Un intérimaire est un salarié du travail temporaire. Et comme tout salarié, il cotise pour toucher ses allocations chômage s’il se trouve en situation d’inactivité forcée. L’intérim compte donc pour le chômage. Mais pour percevoir les allocations auxquelles il a droit et ne pas tomber dans la précarité, certaines conditions s’appliquent.

 

Les conditions classiques pour toucher le chômage en intérim :

 

  • l’intérimaire doit être inscrit à Pôle Emploi,
  • il doit perdre involontairement son travail.

 

Parmi les causes de perte involontaire d’emploi, on retrouve :

 

  • le licenciement (pour motif économique, faute ou non et motif personnel)
  • la rupture conventionnelle,
  • la mise en place d’un congé mobilité,
  • la fin de son contrat d’intérim,
  • la prise d’acte de rupture aux torts de l’employeur,
  • la démission légitime (pour déménagement, départ en formation, non-paiement du salaire, actes délictueux au travail, création ou reprise d’entreprise, service civique, volontariat, ou reliquat de droits).

 

Attention : pour bien percevoir ses allocations chômage, le salarié en intérim ne doit pas avoir quitté ou abandonné son précédent poste !

 

Les conditions inhérentes à l’intérim pour percevoir le chômage :

 

  • Si l’intérimaire a moins de 53 ans, il doit avoir travaillé l’équivalent de 88 jours ou de 610 heures au cours des 28 mois derniers mois.
  • Si l’intérimaire a plus de 53 ans, cette période passe à 3 ans (soit 36 mois) .

 

Les heures formations sont comptées comme des heures travaillées lors de ce calcul.

 

Comment se calculent les ARE (Allocations de Retour à l’Emploi) en 2018 :

 

Plus le salaire était important et plus l’allocation chômage de l’intérimaire sera importante. L’allocation plancher quotidienne est de 29,06€ minimum et peut monter jusqu’à 248,19€ brut au maximum.

 

Pour calculer les ARE de l’intérimaire est choisie la plus élevée des deux sommes suivantes:

 

  • 57% du SJR,
  • 40,40% du SJR + 11,92€ fixe.

 

Le SJR ou Salaire Journalier de Référence est calculé sur les douze mois civils précédant le dernier jour travaillé et payé. Les jours non travaillés ne sont pas pris en compte. On multiplie le montant des ARE par le nombre de jours dans le mois pour calculer l’allocation chômage en fonction du mois en cours. L’allocation ne peut en aucun cas dépasser 75% du SJR.

 

Attention l’allocation chômage de l’intérimaire est soumise à l’impôt sur le revenu.

Pour toute information complémentaire, rendez-vous sur Pole-emploi.fr